#Qu’est ce la cyberdépendance ?

L’addiction est la principale pathologie liée à l’usage abusif de l’Internet. Bien souvent, l’addiction se présente sous la forme de dépendance aux jeux de hasard en ligne, à la pornographie en ligne, aux sociétés virtuelles et aux jeux de rôles en ligne. Le terme « cyberdépendance » est couramment utilisé pour décrire l’état de dépendance d’un individu envers l’Internet. On peut définir la cyberdépendance comme l’état d’un individu qui fait un usage excessif et compulsif de l’Internet. Elle se caractérise par l’incapacité de s’empêcher de se brancher à Internet et l’incapacité de contrôler le temps alloué à des activités reliées à Internet (source : Wikipédia).

L’attrait de l’Internet peut expliquer la cyberdépendance, mais la plupart des usagers, une fois passée la période euphorique de découverte des qualités de l’Internet, passent à autre chose ou reviennent à un rythme d’utilisation normal (ils s’échappent des symptômes énumérés). Les cyberdépendants pour plusieurs raisons restent accrochés à la phase euphorique et finissent par développer des problèmes.

Symptômes

  • le sentiment de bien-être et d’euphorie lors de l’utilisation d’Internet ;
  • l’incapacité à arrêter d’utiliser Internet ;
  • le besoin d’augmenter de plus en plus le temps d’utilisation d’Internet (le malade en vient à se lever la nuit pour utiliser Internet) ;
  • le manque de temps pour la famille, les amis ou d’autres loisirs ;
  • les problèmes d’assiduité ou de performance au travail ou à l’école ;
  • les mensonges à la famille ou aux amis sur le temps consacré à Internet ;
  • la dépression ou l’irritabilité lorsque la personne est privée d’Internet.

Selon un sondage téléphonique aux États-Unis (2500 répondants) effectué par des chercheurs de l’université Stanford, parmi les 70 % d’utilisateurs d’Internet, 13 % trouvent très difficile de se passer du Net. Selon le Centre québécois de lutte contre les dépendances (CQLD), 6 % des 4 millions d’internautes québécois seraient atteints de cyberdépendance. De plus, l’utilisation de plus en plus fréquente des « Blackberry » contribue à développer cette cyberdépendance.

« Si la cyberdépendance frappe à l’enfance ou à l’adolescence, les risques de développer un mode de vie schizoïde sont omniprésents, le jeune ayant tendance à s’isoler dans son monde virtuel. C’est accrocheur, parce que sur Internet, il n’y a pas toutes les craintes associées aux relations réelles, comme la crainte d’être rejeté, de ne pas être assez beau ou assez gentil »

Il semble que le problème touche toujours plus de jeunes.  Ainsi, les internautes passionnés de jeux vidéo en ligne peuvent passer des heures sur Internet et même en venir à se créer une identité virtuelle qui prend le dessus sur l’identité sociale. L’histoire de ce jeune de 19 ans qui peut passer des périodes de 48h en ligne en est un exemple frappant !

Si les addictions et pathologies liées aux activités en ligne ne semblent toucher qu’une minorité, il apparaît qu’elles sont tout de même au cœur des problématiques de sécurité, qu’il s’agisse des gouvernements, des sites, des éditeurs de jeux ou même des familles de joueurs accros.

Dans le monde entier, des formes de traitement sont mises en place, mais verra-t-on vraiment fleurir des cliniques de sevrage pour ces accros du net ? Ou la prévention prendra-t-elle l’ampleur nécessaire au ralentissement de ces tendances ?

Article sur le sujet : L’unique crainte du « nomophobe »: être privé de son téléphone portable

Un commentaire

  1. Pingback: #Je suis tombée par terre…. La droite du web ! « Maven je suis, Maven je serai…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :