#Une Muselière pour Lucien, 10 ans après c’est d’actualité…

Souvenir de la belle époque des premiers blogueurs fin 2004…

gardienMon censeur (CG) avait créé un personnage, Lucien, le gardien de son blog… Lucien tenait son blog en son absence ou intervenait parfois sur ses écrits. Un personnage fictif qui ne manquait pas de flatter son créateur.  J’ai profité d’un départ en vacances pour fabriquer « Le Blog de Lucien », même personnage, même graphisme, une copie conforme du sien, j’ai donc plagier le blog de C totalement, dans les moindres détails et j’ai fait vivre Lucien en son absence, un Lucien qui parlait de son patron avec humour et subtilité. Rien de désobligeant, de l’humour à la René Fallet. Il s’est aperçu du subterfuge et il a immédiatement fait fermer tous mes blogs (à l’époque sur Typepad), il était simple d’en connaître l’auteur en connaissant personnellement notre cher Loïc Lemeur. Un seul coup de fil et Je fus muselée en 24h… Aucun droit de réponse, aucune possibilité de m’expliquer. La censure brutale et silencieuse, aveugle et méprisante. Le pouvoir de vie ou de mort par simple connivence des donneurs d’ordre de cet espace sans démocratie.

Je n’ai pas pu récupérer le contenu de mes deux blogs, travail rédactionnel que je faisais vivre depuis 2002, aucune sauvegarde possible, l’anéantissement, l’abîme, l’incendie. Je suis repartie de zéro, en me recréant ma petite communauté de lecteurs, en étant malgré tout marquée par cette censure injuste. Un égo heurté, la toute-puissance radicale d’un homme, la présence d’une petite blogueuse dérangeante réduite à néant…

A l’époque je lui avais dédié une belle lettre. L’actualité me donne envie de la republier, 10 ans après. Ça tombe plutôt pas mal, mon censeur fête les 10 ans de son blog, quelle chance !.. Certains se souviendront de Lucien et de sa mise à mort ; le censeur lui, a déjà oublié … Comme quoi la violence n’a de sens que pour les victimes qu’elle vise. Les agresseurs, eux, somatisent. Plus simple sans doute pour avancer…

Finalement, sur les réseaux sociaux, en 10 ans, les mentalités ont elles vraiment évolué ?…

—-

Une Muselière pour Lucien

Je croyais à une communauté exempt des « tares système ». Beaucoup d’illusions perdues …Monsieur (je n’oserais vous nommez !), Je n’ai plus que des questions …

Comment ne pas être dépendant de nos illusions quand elles sont au service de notre image et de son audience ? … Car il s’agit bien de cela, le blog doit il être un vecteur d’image, un lieu de culte ou chacun exposerait son nombril soigneusement briqué, ou les esprits les plus fertiles pourraient rivaliser et mettre leur intelligence en vitrine ?

Pourquoi se sentir à ce point victime de l’exploitation de sa création, quand bien même nous reconnaissons tous cette liberté d’usage de l’information, fusse-t-elle la création d’un bloggeur ? Y a-t-il prescription dès lors qu’il s’agit de nous ? L’imposture est elle caractérisée parce qu’elle s’exerce entre nous ? Qu’avons nous en commun, sinon cette tolérance de tout et cette reconnaissance de la volonté de chacun à s’échanger ?

Où est la « vitalité relationnelle » qui vous inspire tant ? Pourquoi n’a-t-elle pas ressurgi avec cette intelligence de l’humour qui vous caractérise ? J’aurais accepté l’esprit de la dérision, le snobisme de l’indifférence, la subtilité d’un pamphlet caustique ou l’oraison spirituelle et railleuse d’une tentative bien naïve. J’aurais apprécié que vous dévoiliez mon jeu, vous voir déjouer les fils grossiers de ce piège de conscience, mais pas ce parangon d’outrage qui vous dévoile peut être. Non, vous n’aviez pas le droit de céder en oubliant qui vous lit, en négligeant les valeurs fondatrices de cette communauté.

Je vous ai blessé, je le sens, j’en suis profondément touchée mais je ne vous demanderai pas pardon. Je vous crois sincère, sans excès d’amour propre, et c’est justement ce qui me navre, j’aurais voulu vous voir à votre image et non derrière votre image, ce paravent qui vous inquiète tant.

Ce personnage, Lucien,  n’est pas vous et n’est pas à vous. Vous l’avez créé certes, dans l’esprit du jeu, avec beaucoup d’intelligence, d’humour, d’opportunité et de plaisir. Le plaisir d’une fiction si pertinente qu’elle en paraissait réelle. Bien joué. Mais il n’était qu’un leurre, il n’a existé que parce que nous y avons cru, nous, vos lecteurs, que parce que nous avons accepté d’y croire pour le plaisir de vous lire et de vous consacrer notre estime et notre affection. Sans nous, votre création ne serait qu’un oubli. Il nous appartient, nous pourrions en faire ce qu’il nous chante sans pour autant vous déposséder, bien au contraire, c’est là le plébiscite majestueux des pensées universelles et vous devriez nous savoir gré d’aimer vos idées de la sorte.

Combien de fictions ne sont pas devenues autre chose que la réalité qu’elles étaient censées travestir, combien ne sont pas devenues des idées, des religions, des politiques ? Pourquoi ne ferais-je de ce protagoniste autre chose que ce pour quoi vous l’avez créé ? Pourquoi ne serait-il pas une marotte, un concept, un miroir de vie, une métaphore universelle, une légende, un objet de transcendance pour l’imagination et la sensibilité de chacun ?

En quoi le vol de ce petit pet d’auteur a-t-il pu vous nuire ? De quoi a-t-il pu vous léser ? Aurais je violé autre chose que votre image ? Auriez vous pris le risque de jeter en pâture plus qu’une simple virtualité opportune ? En quoi est il une projection de vous même pour que l’insignifiance d’un tel détournement vous affecte ? Croyez vous que votre image soit si tendue et si subtile qu’elle puisse en devenir fragile au point de se briser à la moindre parodie de votre écriture ou de votre créativité ?

Pourquoi devriez vous garder jalousement ce qui pourrait être le vrai don de vous-même. Les idées n’ont de sens que le jour où elles se mettent à vivre au delà de leurs auteurs, même au prix de leur échapper, le jour où elles s’enrichissent et se diversifient d’elles mêmes par le jeu militant et complice de nos affinités intellectuelles et affectives.

Oui, je vous ai pris Lucien, comme j’aurais pu prendre n’importe quoi d’autre. J’ai eu la délicatesse de n’utiliser qu’un artifice de votre imagination, et vous en avez fait un détournement d’image. Je suis déçue mais je comprend et j’aime à vous voir réagir avec les défauts de votre profession. L’image, tout n’est qu’image. Qui êtes vous en fait sinon que votre image ? Comment maintenant pourrais-je voir en vous l’homme sans les fils de sa propre marionnette ?

Vous me demandez d’expliquer ma démarche ? Vous y avez répondu bien mieux que moi. Il n’y avait ni critique, ni dérision, ni récupération, simplement l’insolence de chanter avec vos mots, histoire de vous montrer que vous existez autrement que par eux.

J’aurais voulu vous dire soyez généreux, et n’oubliez pas de dormir … Mais je mesure la vanité de mes propos en découvrant votre intolérance, en apprenant que vous êtes l’auteur de cette sinistre censure. Vous ne pouvez pas mieux vous dévoiler en agissant avec un tel mépris des valeurs que vous défendez et au nom desquelles la communauté des bloggeurs s’exprime. Vous appliquez ici des règles de pouvoir, de puissance, vous bâillonnez une liberté qui ne vous vole rien, avec la complicité de vos pairs et la lecture abusive d’une clause contractuelle qu’ils détournent à votre profit. Vous faites de la blogosphère un outil de promotion, un star système dont vous avez bien l’intention dans dicter les lois.

CG, sachez que je n’ai que faire de votre totalitarisme démagogue….

Cordialement,

Cécile

Tu es encore là mon sacré Lucien !

http://ginisty.typepad.com/weblog/2005/02/daignez_que_je_.html

c ginisty

Capture d’écran 2014-11-12 à 00.01.22

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :